Rencontre d’auteur

Il y a deux ans, j’ai eu le plaisir de rencontrer Amandine, une jeune auteure réunionnaise au talent prometteur à la médiathèque de la Châtoire (Tampon). Son premier roman, « Ohana », sorti en 2019 est issu de l’auto édition. J’ai eu la chance de le lire : c’est une belle histoire sur l’adolescence.

Je vous propose de la découvrir au travers de cette interview :

Horizonslivresquesdisaetdo : Bonjour, je te remercie d’avoir accepté de répondre à mes questions ! Qui es-tu ? Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Amandine. Même si je suis plus connue sous mon nom de plume, G.M. Jane. Un hommage à mon arrière grand-mère vietnamienne que tout le monde dans la famille appelait Grand-Mère Jeanne. Vous l’aurez deviné donc, je suis auteure et créatrice de bijoux sur un petit caillou appelé, Île de la Réunion.

Horizonslivresquesdisaetdo : Qu’est-ce qui t’as donné envie d’écrire ?

J’ai toujours aimé ça, écrire. De l’école primaire jusqu’au lycée, j’ai tenu des journaux intimes. Je me régalais des rédactions, des sujets d’invention. Puis, j’ai tenu des blogs autour de mes passions : la lecture, le cinéma ; et, la beauté bio : Période où j’ai délaissé l’écriture pure. Cette dernière est revenue à la suite de la disparition d’une amie du lycée. Sa disparition m’a poussé à affronter mes peurs. Et par la même, mes rêves.
La machine de l’écriture étant relancée, je me suis inscrite à un concours de nouvelles : Une Miss Havisham des temps modernes. Puis, je me suis lancée dans l’écriture d’un roman fantastique que j’ai abandonné au bout de 50 pages. Je me suis rendue compte que ça me correspondait pas. Et puis, Ohana est arrivé comme une évidence. Là c’était totalement moi. Le style, les personnages, l’histoire. Je m’étais enfin trouvée.

Horizonslivresquesdisaetdo :  D’où vient ton inspiration ?

Je suis une véritable éponge surtout au niveau des ressentis, des émotions. Tout ce que je vois, j’entends, je l’enregistre : film, série, livre, discussion, faits divers et article. Tout part d’une idée, d’une impression qui fait tilt en moi : un mot devient une phrase. Des phrases, des notes pour enfin arriver à un tout, à une histoire.Pour les bijoux-histoires, c’est différent. J’y avais pas pensé jusqu’à maintenant mais c’est presque de l’autobiographie. Des fragments de mon enfance qui se matérialisent en bijoux et en poésie.

Horizonslivresquesdisaetdo : Ton premier roman s’intitule Ohana, peux-tu nous en dire quelques mots ?
Ohana signifie en hawaien la famille. Plus largement, c’est une expression qui sous-entend que lien du sang ou pas, personne ne doit être laissé pour compte.
Mon roman parle donc de famille. Une famille qui après un drame tente de se reconstruire. Pas évident pour Oliver, Aiden et Medeline qui en plus de tout le reste, doivent faire face aux derniers tourments de l’adolescence. Et, aux prémices de l’âge adulte.
Mais, Ohana est aussi un roman générationnel puisque à plusieurs voix. C’est aussi des parents, des couples qui nous livrent leurs blessures, leurs combats. Tous ces non-dits qui peu à peu ont grignoté leur rapport à l’autre. Qui ont remis en question leur place, leur identité au sein de leur propre famille.

Horizonslivresquesdisaetdo : Tu as sorti récemment un second roman, peux tu nous en dire un peu plus ?
Mon second roman est sorti en juillet. Du moins, la version numérique. En raison du Covid et de problèmes techniques sur Amazon, je n’ai toujours pas la version brochée. Cela dit, j’ai pu faire appel à un autre prestataire. Normalement, Yesterday en roman papier ne devrait plus tarder. On croise les doigts !

Yesterday parle d’un sujet difficile, le viol. C’est le point de départ du roman mais j’ai voulu une histoire avant tout d’amour. Amour de soi, Amour des autres. Et, de résilience. Avec des personnages lumineux et drôles auxquels on ne s’y attend pas forcément !

Horizonslivresquesdisaetdo : En plus d’être auteure, tu es également créatrice de bijoux. Comment t’es venu l’idée des bijoux-histoires ?

Avec le recul, je pense que cette idée est née lors de ma participation au challenge des créateurs organisé par Océanor. J’avais dessiné des Fuschias de Magellan en racontant le souvenir d’enfance qui y était lié. Le jury a été touché par mon histoire. Et, j’ai été récompensé par le prix coup de cœur pour l’occasion. Du coup, ça était une petite graine plantée à ce moment-là. Et, elle fait son chemin depuis.

Horizonslivresquesdisaetdo :Où peut-on retrouver tes jolies créations ?

Pour l’instant, uniquement sur Facebook Market : @deshistoiresquiseracontent. Mais dans les prochains mois, j’espère avoir ma propre boutique en ligne. Et, pourquoi pas également des manifestations qui mettent en avant l’artisanat local.

Horizonslivresquesdisaetdo : Pour terminer, quel est le livre que tu lis en ce moment ?

L’ange des ténèbres de Caleb Carr. Après avoir vu la série, j’avais très envie de me plonger dans ce deuxième tome. Caleb Carr réussit le pari à la fois d’un roman historique, policier et contemporain. Avec toujours une résonance dans les enjeux de notre société actuelle. L’homme étant toujours au cœur de ses romans. L’homme toujours ou presque victime de son environnement social, familial. Et l’émergence de nouvelles disciplines telles que l’aliénisme, la psychologie ou encore la psychanalyse. Des professions souvent décriées à l’époque. Pourtant, comment peut-on comprendre une société, ceux qui la constituent si on ne va pas à sa rencontre ?

Et bien voilà, c’est la fin de cet interview. Amandine, je te remercie pour ta disponibilité et ta simplicité. Je te souhaite le meilleur pour la suite !

J’avoue que pour ma part, j’ai craqué et je me suis offert les bijoux « Mi aime a ou » et je les adore ! Alors n’hésitez pas, rendez-vous sur sa page Facebook : @deshistoiresquiseracontent, pour être informé de son actualité littéraire et artistique. Avec les fêtes qui arrivent, cela peut-être une jolie idée de cadeau, non ? 🙂