Le Mystère Corse des Orii. Frédéric Fappani Von Lothringen. L’Harmattan, 2019. Public conseillé :Adulte

[SP] Je remercie infiniment l’auteur pour ce service presse.

RÉSUMÉ : ( del’éditeur)

Nous sommes en 1912, un siècle nouveau vient de naître. On voyage en Orient-Express, les premiers avions font leurs apparitions, la traversée à cheval d’un pays tel que la Corse est une aventure et les tensions internationales sont déjà fortes. C’est dans ce climat qu’une disparition incroyable vient de se dérouler sur l’île de Beauté. Et c’est Augustus Müller, venu de Lorraine, qui va devoir découvrir ce qui s’est réellement passé. L’auteur, après nous avoir fait rire avec sa pièce de théâtre en Lorraine, nous revient avec une histoire extraordinaire dans un pays qu’il connaît bien. On peut se demander finalement s’il n’aurait pas eu, sur place, quelques informations sur Le mystère, si c’est ce qui l’aurait mené en Corse.

MON AVIS :

Il s’agit du deuxième livre que je lis de l’auteur qui m’avait séduite avec « Mais tu ne pouvais pas le dire », une pièce de théâtre irrésistiblement drôle.

Dans ce livre, l’auteur change carrément de registre et nous embarque pour une aventure policière à la limite du fantastique avec un soupçon de faits historiques. J’avoue que j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire, trop de description à mon goût. Je ne me suis pas découragé, j’ai poursuivi et j’ai eu raison !

Nous suivons Augustus Mûller, lorrain d’origine qui se rend en Corse pour une mission de la plus haute importance. C’est surprenant.J’ai retrouvé la plume de l’auteur qui est pleine d’originalité. J’ai apprécié les repères historiques auxquels l’auteur fait référence. Ayant fait des études d’histoires,ça a été un point positif pour moi. On ressent tout le travail de recherche qui a été fait pour le livre.

Les personnages sont attachants, l’auteur nous les décrit avec une telle précision que le lecteur arrive à les visualiser. C’est un livre qui se lit très vite, les chapitres sont courts.

« Après le petit-déjeuner dans le salon du bateau, je sortis flâner et je restai ainsi une bonne heure sur le pont. La surprise fut grande pour moi de découvrir la Corse. Je n’avais jusqu’à ce jour jamais vu d’eau si bleue, ni de ciel si pur, ni un tel soleil.Une impression de clarté, de beauté et d’émerveillement se dégageait de l’ensemble. »

EN BREF :

J’avoue que je préfère l’auteur dans le style burlesque. Je suis certaine que le livre trouvera son public car sur moi il n’a pas eu l’effet escompté.