L’enfant jeté / Dominique Gonthier et Alain Bled.– L’éclipse du temps Editeur. (Collection : Yer ek komela). 2020

RÉSUMÉ : ( de l’éditeur)

Dominique Gonthier, né à St-Denis, de la Réunion en 1965, a été retiré très jeune à sa mère. Adopté, il subira la violence d’un enfant plus âgé, avant d’être placé en foyer, puis de se retrouver sans domicile fixe, traînant dans les rues du Tampon, jusqu’à la prison. Travailleur acharné, il ne tombera pourtant jamais dans l’alcoolisme et la déchéance, retrouvant peu à peu la confiance et l’estime de ses semblables. Il est à présent gardien du Parc des Palmiers au Tampon.

L’Eclipse du Temps – Editeur. Le fruit du projet éditorial de l’association L’Intelligence aux Pieds Nus.

MON AVIS :

Comme toutes les histoires vraies, il est impossible de porter un jugement sur le contenu… Ce récit, cette mise à nu aborde une vie douloureuse, mais aussi la résilience et la reconstruction.

Le choix de cette lecture a été motivé par le fait que j’ai eu l’occasion de croiser Dominique Gonthier par le biais professionnel et que j’ai eu envie de connaitre l’histoire de cet homme toujours souriant. Je crois que l’on se reconnait quand nous savons que derrière un sourire se cache tant de choses. De plus, nous aurons le plaisir de l’accueillir lors des Nuits de la lecture à la Médiathèque du Tampon, une raison de plus pour débuter ce livre.

Dès les premières lignes, impossible de le lâcher. Il se lit très rapidement, en faire une chronique sans trop en révéler est complexe.

L’histoire est introduite par un magnifique poème de Gilbert Pounia « Lettre à la vie ».

Sous la plume d’Alain Bled, Dominique Gonthier. nous emmène sur le chemin de sa vie de son enfance à aujourd’hui. Sur une route bien cassée qui débute par ce qu’aujourd’hui on définit par la maltraitance parentale. Autre époque, autre mœurs, autre place de l’enfant dans la société. Une situation qui le conduit à être adoptée, bien que l’environnement soit plus serein, il doit faire face à un « dada » vicieux et adepte d’humiliations en tous genres.

Puis il bascule encore plus dans la violence banale suite au décès de son père adoptif, au fait d’être le souffre-douleur du grand-frère, se rajoute à son quotidien les actes du ti père violent sous l’effet de l’alcool et l’inaction de la mère adoptive soumise.

Dominique G. connaitra par la suite le placement en foyer, avec une discipline sévère mais juste. Puis vient le temps d’un mode de vie marginal fait de mauvaises fréquentations, SDF, passage par la case prison, l’amour porté à sa « petite princesse », etc. rythment chacun de ces pas vers un avenir incertain.

On pourrait y voir beaucoup de malchance, de fatalité, cela m’a traversé l’esprit. Finalement j’ai surtout découvert un sacré instinct de survie. Dominique ne s’est jamais résigné face à l’adversité et a fait preuve d’une grande volonté de changer.

L’histoire est racontée avec une telle franchise qu’on ne peut qu’être touché au plus profond de soi. Ce n’est pas de la fiction, ces personnes existent ou ont existé réellement. J’y ai découvert également un pan de « l’histoire » du Parc Jean de Cambiaire au centre-ville du Tampon. Une histoire généreuse pleine de valeurs et d’espoir, pour toutes les générations par une belle preuve de résilience et de courage.

Ce récit a été écrit de manière très respectueuse par Alain Bled, le « prête plume » avec une écriture simple mais remplie d’authenticité. Cela le rend accessible en termes de lectorat. Un témoignage sans voyeurisme qui décrit de manière pudique son histoire. Il est empreint d’empathie et relatés avec des mots justes sans tomber dans le pathos.

L’adversité peut vous briser ou faire de vous une personne admirable…. Dominique G. fait partie de ce deuxième groupe.

EN BREF :

Un témoignage poignant et utile. Lire ce type de témoignage, c’est comprendre l’Autre dans son entièreté. Une histoire à hauteur humaine que je recommande.