Même les méchants rêvent d’amour. Anne-Gaëlle Huon – Le livre de poche, 2018.

RÉSUMÉ : ( de l’éditeur)

Jeannine a 85 ans passés. Elle aime : les bals musette, les costumes des patineuses artistiques et faire un six aux petits chevaux. Elle n’aime pas : le sucre sur le pamplemousse, les films d’horreur et les gens qui postillonnent. Le jour où on lui annonce que sa mémoire s’apprête à mettre les voiles, Jeannine est déterminée à ne pas se laisser faire. Alors elle fait des listes. Toutes sortes de listes. Et elle consigne dans un carnet tous les bonheurs qui ont marqué sa vie. Quand Julia, sa petite-fille, la rejoint en Provence, elle découvre ce que sa grand-mère n’a jamais osé raconter. L’histoire d’un secret, d’un mensonge. Entourée d’une bande de joyeux pensionnaires, Julia va tenter de faire la lumière sur les zones d’ombre du récit. Et s’il n’était pas trop tard pour réécrire le passé ?

«  Nos anciens sont comme des livres ouverts qu’on ne prend pas le temps de lire »

MON AVIS :

J’ai refermé ce livre avec une pointe de mélancolie. C’est le livre de la vie, du temps qui secou à une vitesse folle. C’est un livre plein d’amour pour nos grands-mères que nous livre l’auteure.
Anne-Gaëlle Huon a le don d’écrire des histoires qui trouvent écho à nos vies, avec des personnages qu’on aurait pu croiser un jour ou que l’on a côtoyé. Elle écrit avec beaucoup de tendresse et de sincérité.

Avec ce livre, je me suis projeté des années en arrière dans les souvenirs de ma mamie. Elle est partie, il y a 10 ans déjà. J’ai eu cette chance de partager avec elle de jolis moments et  elle est toujours présente dans mes pensées.

Les personnages décrits par l’auteure sont attachants : Jeanine m’a bouleversé de par son histoire car elle n’a pas eu une vie facile mais elle a trouvé l’amour. Ah l’amour ! Quel doux mot. Peux-t-on vivre sans amour ou sans son premier amour ?  J’avais envie de rassurer Jeannine et de la prendre dans mes bras pour lui dire que ça va aller.
Plus j’avançais dans l’histoire et  plus je voulais en savoir plus, connaître quel est  le douloureux secret que cache Jeannine.

C’est un livre qui se déguste, c’est frais et ça sent la Provence . C’est un livre pour ne pas oublier et surtout se rappeler des petits bonheurs de la vie. C’est un livre sur la transmission. Nos aînés tiennent une place importante dans nos vies et ils sont essentiels.

Merci à Anne-Gaëlle Huon, pour cette jolie parenthèse et si on pouvait réécrire une page de notre passé ?

 « Qui a dit que les gens heureux n’avaient pas d’histoire ? Elle va écrire la leur. Combler les blancs. Raconter l’amour qui résiste au temps. À la maladie. L’amour que rien n’efface. Pas même l’oubli. »

EN BREF

C’est un livre lumineux  que je vous invite à découvrir vivement.