Où le vent te mène / Lalou. Zébulo Editions, 2017. Public conseillé : A partir de 10 ans

RÉSUME :

Dans les contrées lointaines, dans le Pays du Nord plus précisément, se trouve un petit village nichée à flanc de falaises où vit des pêcheurs qu’on surnomme les Poilus car ils sont « dotés d’une pilosité hors norme ». Sur la falaise, vit un peuple d’oiseaux qu’on surnomme les Plumeux. Ces deux peuples si différents ont appris à vivre ensemble dans le respect des uns et des autres. Dans ce village il y a un jeune garçon Sol, un brin rêveur et un peu maladroit qui est « couveur officiel ». Cela veut dire quoi ? Son rôle est de prendre soin des œufs des Plumeux, « à veiller au bon déroulement des choses ». En effet, ces deux peuples ont décidé d’un commun accord pour le bien de tous, que les Poilus prendraient soin de leurs oeufs jusqu’à ce qu’ils éclos et que les oiseaux soit capables de voler. Quant aux Plumeux, grâce à leurs becs effilés en forme d’Aiguilles ils assureraient la nourriture pour les pêcheurs.

Un jour, Sol découvre un œuf pas comme les autres devant la salle des couvées. Quelques temps après, l’oeuf éclos et un drôle d’oiseau en sort. Il ne ressemble pas aux Plumeux, il est différent. Sol fait la promesse de s’en occuper car personne ne le réclame. Les années passent, ils grandissent tous les deux et il est temps pour eux de quitter le village.

MON AVIS :

Lalou est une auteure jeunesse réunionnaise, que j’ai eu la chance de rencontrer en novembre de l’année dernière. Elle était venue dans ma médiathèque à la Châtoire (Tampon, Réunion) dans le cadre de l’action « un auteur à la bibliothèque » et ça a été une très belle rencontre. Ce livre est un énorme coup de cœur, l’auteure m’a embarqué dans son univers fantastique. Nous assistons à l’histoire d’une amitié improbable entre un étrange oiseau et un jeune garçon. C’est touchant et émouvant et ce n’est pas sans rappeler le célèbre conte « Le Vilain Petit Canard » rejeté par les siens, car il ne leur ressemble pas. Sol va offrir tout son amour à cet oiseau et lui donner un nom, il s’appellera Dioméde. Tous les deux vont se trouver et c’est beau car finalement ils se ressemblent. Je me suis prise d’affection pour les personnages : Dioméde est moqué par les Poilus et les Plumeux car il ne sait pas voler, il est maladroit et son physique ingrat. Tandis que Sol est un jeune garcon réveur, qui vit à l’ecart des autres, incompris par les pêcheurs. Je me suis attaché aux personnages et je ne pouvais que fondre ( c’est le cas de le dire ).

« Tu n’es pas ordinaire, je le vois bien, tu es… extraordinaire ! Ne sois pas triste, je prendrai soin de toi « 

Sol grandit, se cherche et se questionne: il veut se rendre utile. La mélancolie de Diodème, va être l’élément déclencheur : il faut qu’ils partent tous les deux pour un endroit meilleur et aux conditions de vie plus clémente mais aussi pour fuir la méchanceté des autres. J’ai aimé la plume de l’auteure, poétique et touchante. C’est joliment écrit. J’ai apprécié la douceur des dialogues entre les deux personnages et je me suis laissée porter, tel le souffle du vent. J’ai entamé ce voyage avec eux dans ce froid glacial. Les descriptions des paysages sont magnifiques, à perte de vue. On ressent les conditions climatiques glaciales qui ne sont pas agréables. J’ai apprécié les différentes rencontres sur leur passage, telles des petites graines semées. Les quelques illustrations en noir et blanc de Claire Ruiz sont symboliques « du froid polaire » et donnent de l’intensité et de la profondeur au récit.

Lalou nous raconte cette histoire à la manière d’un conte, un conte pour de grands enfants rêveurs sur l’acceptation de soi, sur l’amitié et sur l’avenir. C’est un conte pour imaginer, pour grandir et avec la magie de l’auteure je ne pouvais que m’envoler vers ces contrées où la vie est meilleure et où on nous accepte telle que nous sommes. J’ai passé un agréable moment avec Sol et Diomède à tel point que je n’avais plus envie de les quitter… Je remercie Lalou pour cette magnifique parenthèse livresque. J’ai hâte de découvrir ton deuxième roman!

EN BREF :

C’est un livre qui se laisse déguster que je recommande vivement aux enfants pour qu’ils croient toujours en leur rêve.

Article rédigé par Isa