Reine de beauté. Amy K. Green- Belfond noir, 2020.

RÉSUMÉ : ( de l’éditeur)

La communauté de Wrenton, dans le Maine, est sous le choc : le corps de Jenny Kennedy, reine de beauté de treize ans, vient d’être retrouvé à l’orée des bois, dans une chemise de nuit rose, un bouquet de fleurs à la main.
Le coupable ? Tous désignent un garçon simplet, fervent amateur de concours de miss.

Seule Virginia, la demi-sœur de la victime, récuse cet avis. Si elle détestait sa cadette presque autant qu’elle déteste la famille parfaite recomposée par son père, elle n’en connaissait pas moins les secrets troubles de la belle adolescente. Des secrets qui les unissaient malgré elles…

Pourquoi remuer le passé quand tout le monde semble s’accorder sur un coupable ? Pourquoi prendre le risque de souffrir, encore ?

Mais Virginia veut savoir. À tout prix. Quitte à révéler le vice sous la blancheur des façades à bardeaux blancs de ce village paisible. Quitte à pénétrer sur le terrain de chasse du plus terrible des prédateurs…

MON AVIS :

Ce livre avait tout pour me plaire : un thriller noir avec un synopsis attrayant. Eh ben, non le charme n’a pas opéré sur moi. Je me suis ennuyé du début jusqu’à la fin. Je ne suis pas arrivée à m’attacher aux personnages, je les ai trouvé antipathiques. Je n’ai pas retrouvé l’atmosphère pesante qui me plait tant les thrillers. J’avoue que comme j’en lis beaucoup, je suis exigeante et j’en attendais tellement que j’ai été déçu.

Les chapitres alternent avec les flashbacks de Jenny avant le meurtre et l’enquête menée par Virginia, sa sœur. J’ai trouvé tout ça, un peu décousue et je me suis perdue. L’auteure n’a pas réussi à m’embarquer dans son histoire.

Et puis, il y a cette fin qui me paraît invraisemblable mais pourquoi terminer le livre de la sorte, me suis-je demandé.

EN BREF :

C’est juste mon ressenti, après il faut le lire pour se faire son propre avis. Pour ce livre, je n’ai pas été bon public.