Vanda / Marion Brunet. Albin Michel, 2020. Public conseillé : Adulte

[SP] Je remercie infiniment les éditions Albin Michel pour m’avoir permise de découvrir ce livre.

RÉSUMÉ : ( de l’éditeur)

Personne ne connaît vraiment Vanda, cette fille un peu paumée qui vit seule avec son fils Noé dans un cabanon au bord de l’eau, en marge de la ville. Une dizaine d’année plus tôt elle se rêvait artiste, mais elle est devenue femme de ménage en hôpital psychiatrique.

Entre Vanda et son gamin de six ans, qu’elle protège comme une louve, couve un amour fou qui exclut tout compromis. Alors quand Simon, le père de l’enfant, fait soudain irruption dans leur vie après sept ans d’absence, l’univers instable que Vanda s’est construit vacille. Et la rage qu’elle retient menace d’exploser.

MON AVIS :

J’ai eu la chance d’être retenue pour participer à une lecture commune avec 9 autres lectrices sur Instagram. Je remercie infiniment les éditions Albin Michel d’avoir eu cette merveilleuse idée.Il s’agit de ma troisième lecture commune de l’année et la première avec autant de personnes. Cela a été une expérience livresque enrichissante. Pour tout vous dire, ce livre me faisait de l’œil depuis un moment et j’ai été ravie de pouvoir le lire en très bonne compagnie.

C’est l’histoire de la misère sociale, de la France d’aujourd’hui , avec son lot de problèmes, la précarité, le malaise dans les hôpitaux, le mal-logement… Vanda, jeune maman solo de Noé, galère tous les jours ( elle est dépassée, est toujours en retard pour chercher son fils à l’école…) Sa vie est un combat perpétuel qu’elle mène pour subvenir aux besoins de son fils. Vanda, est une rebelle, elle vit dans « son petit monde », elle dérange, casse les codes ( « son fils dors dans la voiture pendant qu’elle boit une bière dans un bar »). On l’aime ou on la déteste. J’ai éprouvé de la compassion pour elle, ressenti sa fragilité, sa colère et en même temps j’ai détesté ses choix de vie, ses rencontres d’un soir… Quant à Noé, je me suis prise d’affection pour lui. J’avais envie de le prendre dans mes bras, de le cajoler. C’est un personnage touchant qu’on a envie de prendre sous son aile. Il ne contredit jamais sa mère, il ne veut pas qu’elle soit triste. En quelque sorte, c’est comme s’il veillait sur elle, lui aussi car ils sont seuls tous les deux. C’est l’histoire de l’amour : une relation fusionnelle entre une mère et son fils, c’est un amour incommensurable.

« … Il fallait que son corps adhère à celui de sa mère d’une façon ou d’une autre, quand il ne pouvait pas se coller à elle il lui prenait la main et ne supportait pas de la voir disparaître même quelques minutes »

C’est limite inquiétant, Vanda est prête à tout pour Noé « son petit bulot », prête à mourir pour lui. Mais c’est également l’histoire de la solitude, car Vanda a élevé son fils seul envers et contre tous.

« Noé s’est entortillé dans sa couette, son visage endormi vers l’oiseau. C’est un vertige de le regarder dormir sa respiration, son corps détendu et cette vie intérieure qui sinue dans son sommeil »

Mais très vite, le lecteur est rattrapé par la dureté et la réalité de la vie car Simon, son ex réapparaît. Vanda lui apprend qu’il est le père de Noé d’une façon » brute de pomme », car Vanda c’est ça elle ne mâche pas ses mots, ne passe pas par quatre chemins : elle est cash avec un langage propre à elle, crue ! Leur vie va être bouleversé. C’est violent et puissant ! Mais au final, as t-on le droit de juger Simon qui revendique tout simplement son statut de père et qui veut prendre soin de son fils où doit-on en vouloir à Vanda de vivre dans de telles conditions ? Ou alors doit-on en vouloir à la société de ne pas en faire assez ?

L’auteure, Marion Brunet a l’art de brosser les portraits des personnages avec une telle véhémence et un certain réalisme à tel point qu’on peut s’identifier à eux. J’ai aimé sa plume qui est sincère, incisive et tendre à la fois. C’est addictif et je n’avais qu’une seule envie c’est de connaître la suite. La tension monte au fil des pages laissant craindre que quelque chose de terrible va se passer. C’est une lecture que je ne suis pas prête d’oublier, un livre qui m’a bouleversé et qui me marquera encore pendant un bon moment. Ce livre est un coup de cœur, une bombe atomique. Je remercie Marion Brunet pour m’avoir fait vivre cet excellent moment de lecture.

EN BREF :

C’est un livre qui ne pourra vous laisser indifférent avec des sujets actuels. C’est une pépite livresque que je vous recommande fortement.

Article rédigé par Isabelle.